#2020
26/06/2020
2020 vu par les « Féminines »

Après les « Juniors », c’est au tour des pilotes de la Coupe de France Féminine FFSA de Rallycross de nous donner leur ressenti face à cette saison des plus particulières. Entre motivation, excitations et doutes, cinq d’entre elles se sont confiées…

Laurine Olivier : « Je serai présente sur les quatre courses et je suis très heureuse de pouvoir rouler cette année malgré la conjoncture actuelle, et que les récompenses prévues initialement soient toujours d’actualité cette année. Malgré le fait qu’on soit beaucoup à avoir perdu des partenaires, on va tout mettre en œuvre pour pouvoir être au départ des quatre courses dans les meilleures conditions. Je pars avec les mêmes objectifs et dans la même optique. Je sais que je ne jouerai pas aux avant-postes, donc je suis là pour acquérir de l’expérience et essayer de faire de moins en moins d’erreurs. Nous avions effectué des premiers essais avant le confinement sur le circuit d’Essay, où ça s’était très bien passé et on va certainement essayer de s’entraîner au maximum d’ici à la reprise en septembre. »

Constance Chrétien : « Ce sera un Championnat dense, donc il faudra mettre le pied dedans dès le début ! Personne n’aura participé à un Championnat aussi court, donc on ne sait pas vraiment ce que ça va donner. Je pense que c’est mieux que de ne rien avoir, mais ça va être chaud ! Sur le plan de la Coupe féminine, ça donnera une idée de ce à quoi ça ressemblera des saisons futures puisqu’on sera bien plus que l’an passé ! Même si on sera davantage soumises à la pression et l’endurance, j’irai toujours avec l’idée d’apprendre comme je l’ai fait l’an passé. Il faudra aussi composer avec toutes les nouvelles pilotes qu’on ne connaît pas encore. Les circuits du calendrier sont des tracés qui attirent beaucoup de spectateurs donc ce sera très sympa et on peut voir sur les réseaux sociaux que les fans sont heureux qu’il y ait ce Championnat ! »

Amélie Moliexe : « Ce sera quitte ou double, car tout sera possible sur quatre courses. Ça peut être quelque chose de positif comme de négatif, car ça laissera moins de place aux erreurs. Pour ma part, c’est déjà très bien de pouvoir rouler, c’est mieux que rien !
La dotation est toujours là donc c’est top et ça donne envie d’y aller.
Pour les débutantes comme moi, ça permettra aussi d’avoir une première approche sur les courses, et si l’année ne se passe pas très bien, de pouvoir préparer la suivante. Mon objectif sera de décrocher le titre et le volant pour le Championnat Junior mais j’aurai forcément moins d’expérience que d’autres concurrentes. J’ai débuté des essais sur les circuits d’Essay, de Mayenne et de Lessay où ça s’est très bien passé donc j’ai hâte de pouvoir débuter la Coupe. »

Olympe Delaunay : « A la base je n’étais pas trop partante pour ce format. Pour moi, un championnat ne peut pas vraiment se jouer sur quatre courses. Celle qui sera méritante mais qui par exemple aura un problème mécanique sur la deuxième ou troisième course, ne pourra peut-être même plus jouer le titre, parce qu’on sait très bien que ça se joue à la régularité. Mais maintenant qu’il est là, on a hâte qu’il démarre ! D’un point de vue personnel, je vais prendre la saison sous un autre angle, parce qu’on était partis en début d’année pour viser un Top 10 voire un Top 5… à côté de ça, je vois qu’il y a des filles qui sont extrêmement motivées donc je pense que nos objectifs seront un peu revus à la baisse et pour moi ce sera une année plaisir ! Parmi les circuits du calendrier, j’apprécie celui de Kerlabo qui est assez technique, mais pour le reste ce ne sont pas des circuits que j’apprécie particulièrement. J’ai des essais prévus le 11 juillet sur le circuit de Mayenne, sur lequel je n’ai jamais roulé ! »

Alizée Pottier : « Je suis assez mitigée sur ce sujet. Dans un premier temps, avec mes proches, on aurait préféré une année blanche, pour pouvoir récolter le budget nécessaire pour mieux rebondir l’année suivante. Si trois courses avaient été organisées hors championnat, j’aurais certainement roulé à Essay, puisque c’est chez moi. Maintenant, le Championnat et la Coupe sont là, et on ne pouvait pas se permettre de ne pas revenir au vu des résultats de l’an passé. Sur un Championnat de quatre courses, il n’y aura pas de cadeaux, et il y aura certainement beaucoup de « fight » dès le premier virage, parce que tout le monde voudra la même chose, et personne ne lâchera rien. J’ai des essais prévus, certainement sur les circuits du calendrier pour pouvoir me remettre dedans rapidement, et je sais qu’avec la Team Dufas je serai très bien encadrée et qu’ils ont autant envie que moi que j’aille chercher le volant en fin de saison. »

#2021
#04